Suite de l’entraînement – Gestion de l’après-semi !

Bonsoir bonsoir !

Je vous parlais il y a quelques temps de mon programme d’entraînement pour le semi-marathon, puis du déroulement du semi en question, lors du Run In Reims. Je passe par ici ce soir, pour vous parler de… la suite ! (Logique, me direz-vous)

Pour resituer un peu le contexte, et au cas où vous n’auriez pas suivi ma progression (passionnante bien que relativement lente), voici un rapide résumé des derniers mois.

*psssioouuuf ! Précédemment sur prochainestationhommedefer…. *

Comme évoqué un peu plus haut, c’est au terme d’un entraînement montant progressivement en volume et en intensité que j’ai préparé le semi-marathon de Reims. Durant 5 mois, j’ai enchaîné séance sur séance, sans pratiquer d’autre activité sportive, telle que le vélo ou la randonnée. J’ai eu un petit coup de mou au bout d’à peine…. deux mois, certainement dû à une combinaison de stress au travail et de surentraînement. C’est comme ça qu’en plein milieu du programme, j’ai eu la chance de profiter de l’arrivée d’une ceinture cardio, ce qui m’a permis d’adapter mes entraînements à ma forme. (Et de rebâtir un peu celle-ci, au fil des semaines).

Le semi en question s’est très bien déroulé, malgré le retour de plus en plus insistant de ma douleur à la hanche. Pour un premier essai de course basée sur le rythme cardiaque, je suis très satisfait ! Et mon meilleur temps a encore été repoussé d’une minute, ce qui ne gâte rien…

État des lieux

Bon, voilà toute l’histoire. Maintenant, que faire ? Eh bien déjà, un état des lieux. Car en effet, si l’entraînement et le semi se sont plutôt bien terminés, il y a eu quelques dégâts.

Premièrement, j’ai donc la confirmation de ma douleur trèèès suspecte à la hanche.

Second constat : j’ai grandement besoin d’améliorer ma forme physique. À la fois pour assumer plus facilement mon volume d’entraînement, mais aussi pour harmoniser mon physique. Parce que si j’ai des jambes en béton, des mollets taillés en angle droit et des cuisses qui commencent à ressembler à celles d’un sportif… le haut du corps laisse encore à désirer.

giphy (1).gif

De plus il est reconnu qu’une forme globalement athlétique est bénéfique à la foulée (il n’est d’ailleurs pas exclu que je fasse un petit article sur cette thématique, prochainement… *jette l’idée sur la pile des articles à écrire*).

Troisième point de ce bilan post-semi : le mental. La forme mentale est toujours là, mais j’ai grandement besoin de m’aérer. Changer de programme, inclure des nouveaux sports ! En effet, j’ai constaté une légère lassitude au fil des dernières semaines, et surtout une ÉNORME envie de refaire du vélo, des randonnées, du roller… autre chose, quoi. Je ne sais pas encore dans quelle mesure, mais c’est un point que je ne dois pas négliger pour la suite.

Eeeet, on retombe sur ses pattes, ou presque

Devant un tel bazar, il faut prendre les choses par ordre de priorité. Le plus important étant la santé, j’ai déjà réglé tout ça en allant me faire massacrer un peu chez l’ostéo, puis ausculter chez le médecin, puis scanner dans un cabinet de radio. Bilan global : pas de course à pied jusque mi-décembre pour cause de tendinite à la cuisse, et reprise avec des semelles orthopédique que je vais devoir aller faire faire.

Ça simplifie plutôt pas mal la suite des événements ! Je dois avouer que cela m’a beaucoup demandé de me focaliser sur le positif, mais une fois la santé “réglée”, la suite des priorités coule de source. Que faire si je ne peux pas courir ? Mais justement, changer un peu de discipline, puisque c’est ce que je voulais (dans une moindre mesure) ! Pas de sports qui nécessitent trop d’efforts au niveau des jambes… donc pas de roller, pas de vélo, pas (trop) de randonnée. Du coup, go pour la natation, histoire de se rapprocher de la fameuse station “iron man” (Non-non, c’est pas qu’une plaisanterie de Strasbourgeois, ce nom de blog !)

giphy.gif

Pour l’instant, l’apprentissage de la natation se passe plutôt pas mal, même si je n’ai pas l’habitude de me concentrer autant sur le côté technique lors de l’exécution des mouvements d’un sport (surtout d’endurance…). Je risque fortement de vous détailler mes pataugements un peu plus tard dans un article dédié à ça !

 

Pour conclure, cette suite d’entraînement prend des allures fortement inattendues, et… bizarrement, ça ne me déplaît pas du tout. Au contraire, je me découvre un attachement pour la piscine (ce que je n’aurais jamais cru possible il y a quelques semaines). De plus, je pense que cela va me permettre de reprendre de plus belle lorsque je le pourrai, au niveau de la course à pied.

Sur ce, je vous souhaite de bonnes courses et une bonne soirée ! Et à une prochaine fois pour parler… natation 😮

D.