Curiosité

Bonsoir bonsoir !

Je passe par ce soir en coup de vent (et je m’aperçois au moment de la relecture que le coup de vent s’est un peu éternisé haha) pour un article rapide. En effet, j’ai décidé de profiter de mon plan d’entrainement XXL (juin-octobre) pour tenter diverses choses, et c’est pour vous parler de ces essais que je suis de passage ici 😀

Tout d’abord, les raisons qui m’ont poussé à effectuer cette série de tests sont multiples :

  • J’ai très envie de diversifier un peu mes séances, en insérant des éléments originaux (pas forcément super fous, mais au moins pour introduire du nouveau) ;
  • Je trouve qu’il est très intéressant de vérifier l’efficacité de certaines pratiques par soi-même ;
  • Il est très bon pour le moral de varier les plaisirs !

Bien entendu, la liste des nouveaux éléments que je vais intégrer à certaines de mes séances est pour l’instant assez courte. Elle est cependant vouée à grandir, au fil de mon apprentissage, de mes lectures, de ma documentation.

Courir au ressenti

Dans une premier temps, j’aimerais à nouveau courir sans regarder ma montre (qui date maintenant de 4 ou 5 mois) tous les 2 minutes. Je pense qu’il sera intéressant pour ma pratique de la course de me forcer à courir une heure entière en jugeant la vitesse à laquelle je vais, pour ensuite vérifier au repos si j’ai bien respecté le rythme que j’aurais dû tenir. Les partisans de la course au ressenti prônent une course plus instinctive, qui correspond beaucoup mieux à ce que peut faire le corps au moment de la course.

De plus, je trouve que cela a un côté reposant, de revenir à de la course à pied un peu moins “prise de tête stratégique” (plutôt paradoxal, sachant que cette initiative EST partie intégrante de ma stratégie).

Lignes droites

Picture-of-day--nbsp-running-cat

Les lignes droites sont des portions de 50 à 100 mètres sur lesquelles le coureur doit “sprinter” (allure 5km), suivies de portions de même taille, de course lente. Elles sont particulièrement conseillées dans deux cas. L’échauffement avant une séance de VMA, et en presque-fin de séance d’endurance fondamentale. Si le but est plutôt évident dans le premier cas, il est différent dans le cas de l’endurance. En effet, il servira principalement à re-dynamiser une foulée rendue un peu amorphe par le rythme lent de la sortie.

La pliométrie

Ou plutôt, un début de pliométrie. DeKoiIlParle, allez-vous me dire ! Globalement, la pliométrie regroupe les techniques de musculation qui visent à améliorer la capacité des muscles à se contracter rapidement. Le but est ici de rendre la foulée plus efficace, moins épuisante, plus légère et aérienne (en parlant de ça, j’ai commencé à me plonger dans mon nouveau livre sur la foulée, et il risque de me donner d’autres idées rigolotes…). Les premiers éléments que je souhaiterais reprendre de la pliométrie sont les éducatifs de base, à savoir :

  • courir talons-fesses ;
  • courir en montée de genoux ;
  • courir en pas chassés…

Je m’arrête ici pour cet article qui doit rester court (pour des raisons de sommeil, entre autres…). En tout cas, si vous avez d’autres idées d’exercices sympa dont je pourrais m’inspirer pour égayer mes sorties en endurance fondamentale, je suis ouvert à toutes les propositions dans les commentaires !

En attendant, je vous souhaite une bonne soirée, et de bonnes sorties ! 😀

D.